Le matériel
Article mis en ligne le 16 août 2009

par Patrice
logo imprimer

Remarque : des photos du matériel seront ajoutées dans les jours prochains.

Matériel

  • bicycle
    Flo disposait d’un vélo Décathlon Btwin 7 en taille L (je ne fais pas de publicité, mais j’accepte les dons !), entièrement suspendu (c’est l’avantage du modèle 7 sur le 5 malgré le surpoids). Le confort était notablement amélioré et aucune perte de rendement à déplorer puisque l’itinéraire est roulant. D’après les gabarits du magasin, le taille M aurait été plus adaptée mais puisqu’elle préfère avoir les jambes très allongées quand elle roule, quitte à avoir plus de mal à descendre du vélo, et qu’elle passe plus de temps à rouler qu’à pousser en marchant, elle bénéficiait ainsi de roues de 28" au lieu des 26" du M. Le franchissement de petits obstacles (racines, bosses, pierres, ...) en était facilité, une roue plus grande tapant moins dans ceux-ci.
    Elle avait des sacoches latérales et le sac à dos commun fixés sur le porte-bagage, et rien sur le dos. Le sac commun était un peu lourd (10 à 12kg), rendant le vélo difficile à pencher, moins manœuvrable. Une remorque serait probablement plus confortable. Un modèle à une seule roue sera certainement mieux adaptée aux single-tracks qu’une avec deux roues puisqu’elle passera au même endroit que le vélo.
  • monos
    Etienne et moi avons utilisé des QU-AX 36" avec de petites variantes par rapport au modèle original :
    • axes
      Suite à diverses casses (axes tordus, filetages foirés, ...) dans le passé, les moyeux ont été remplacés l’un par un Koxx One de freestyle, l’autre par un Unicycle freestyle large. L’axe large améliore la stabilité latérale du mono et réduit les efforts de maintien dans l’axe de circulation, permettant soit de rouler un peu plus vite soit d’économiser les adducteurs.
    • pédales
      Nous avons tous deux utilisé des pédales street/flat Twisted Odissey en résine (phosphorescentes pour le fun !). Elles sont solides, légères, assez larges, avec une bonne accroche.
    • manivelles
      Nous avons commencé la balade avec des 125mm alu, remplacées par des 150mm acier lorsque le sol est devenu plus inégal afin de limiter nos efforts et donc la fatigue. Au prix d’une perte de vitesse (2 à 3 km/h de moins), mais sans conséquence compte tenu du programme. L’acier est plus lourd que l’alu, mettant plus rapidement le mono en lacet, mais a un gros avantage en cas de choc violent de la pédale sur le sol : l’alu casse tandis que l’acier se tord. J’en ferai l’expérience, finissant la dernière étape avec une manivelle acier tordue.
    • selles
      Etienne utilise une selle Kris Holm Fusion Freeride 2007, en gel. Elle ne me convient pas à cause des coutures entre l’assise et les flancs, avec lesquelles je me brûle les adducteurs et allant jusqu’à enlever la peau sur plusieurs centimètres carrés. Ces blessures ne sont pas graves mais très pénibles puisqu’elles vont gêner au pédalage.
      J’ai pour ma part essayé à cette occasion une selle Nimbus Gel 2008 sans couture, qui m’a parfaitement convenu. C’était un peu osé de ma part de m’embarquer avec une selle neuve sans l’avoir au préalable durablement testée mais je n’avais pas vraiment le choix : utiliser une vieille selle en mauvais état et génératrice de brûlures, ou tenter le coup. Bien m’en a pris, je n’ai qu’à me louer de celle-ci : aucune sensibilité, bon amorti dans les zones "tape-cul", ...
    • Les deux monos sont équipés d’un guidon T7. Malgré son poids il améliore le confort, en permettant de poser les mains, la maniabilité, en soulageant les adducteurs pour la direction, et la puissance dans les montées puisqu’il devient possible de "tirer sur le guidon". Chacun disposait en plus d’un compteur de vitesse à fil (fixé avec des anneaux de velcro sur la fourche pour faciliter le démontage de la selle lors des transports), monté sur la branche entre les mains, et d’une petite sacoche sous la poignée derrière la selle. Le porte-bidon placé à l’avant n’est pas utilisable : du fait de sa position, le poids du bidon et les vibrations le font s’ouvrir et laisser échapper la bouteille. Je pense les remplacer par une seconde sacoche triangulaire fixée entre le T7 et le haut de la fourche.

    Outils
    J’avais emporté une trousse à outil réduite mais complète :

    • une pompe Décathlon "haute pression" avec manomètre intégré : si vous avez jamais essayé de gonfler un pneu 36x2.1 à 4kg vous comprenez parfaitement ce que je veux dire ! Pour avoir dû replacer la valve d’un 36" (dégonflage, glissement du pneu et de la chambre sur 1cm, regonflage) je suis sûr que ce modèle me convient bien malgré son poids un peu élevé. C’est une pompe à main mais qui peut être tenue au pied en dépliant une sorte de pédale.
    • une clé mixte pédales/6 pans pour les vis de fixation des manivelles (tête pleine)
    • une clef 6 pans de 8mm pour les vis à tête creuse de fixation du pédalier sur le vélo de Flo
    • un kit multi-outils "QU-AX Multi-tools", très complet pour les monocycles, et léger
    • un dérive-chaîne pour le vélo, au cas où
    • une boîte de réparation de crevaisons (rustines, dissolution, petite râpe en papier de verre, 3 démonte-pneus)

    Vêtements, affaires de toilette, ...
    La région et la saison ne présentaient pas beaucoup de risque de neige ! Nous avons choisi de partir très léger, tant en poids qu’en volume :

    • une tenue cycliste sur nous : chaussettes, cuissard, t-shirt synthétique (normal ou "de vélo", avec les poches dans le dos)
    • une seconde tenue en réserve dans le sac à dos. Nous mettions les vêtements de la journée à tremper dans le lavabo le soir pendant que nous nous douchions, puis rinçage, essorage dans une serviette et séchage la nuit. Le lendemain nous pouvions soit remettre les mêmes habits s’ils avaient fini de sécher, ou ceux de rechange et fixer ceux encore humides sur le sac pour qu’ils sèchent en roulant.
    • un t-shirt à manches longues, synthétique de préférence, pour le cas où il ferait un peu plus frais (vent, pluie, ...)
    • un blouson type K-Way en cas de pluie
    • une tenue légère pour le soir, de préférence en coton pour son confort : pantalon léger ou pantacourt, t-shirt, sous-vêtements
    • une serviette de toilette synthétiqe de très petite taille (Nature et Découvertes, 30x30, 40g, mais on en trouve dans d’autres enseignes) pour s’essuyer dans la journée s’il fait très chaud. Même complètement trempée elle reste efficace pour se sécher et sa petite taille n’est pas un problème, c’est juste un peu plus long ! Elle n’aura pas servi.
    • une serviette de toilette de taille normale, en synthétique. Comme celle de petite taille ci-dessus elle reste efficace même humide et sèche plus vite qu’une serviette en coton, tout en étant plus légère et moins volumineuse. Elle ne servira pas puisque les gîtes et hôtels fournissent tous le linge de toilette. A l’usage elle est inutile, la petite suffirait en cas de besoin.
    • savon, shampooing, ... : prendre le minimum, les gîtes et hôtels en fournissent tous.
    • rasage : au choix, faîtes l’impasse sur le rasoir (mais ça peut devenir pénible avec le frottement des sangles du casque), prenez un modèle électrique de voyage (à pile la plupart du temps, souvent un peu lourd), ou optez pour un rasoir jetable et une mini-bombe de mousse (ça se trouve facilement en grande surface)
    • déodorants, eau de toilette, ... : un petit flacon d’huille essentielle (10cc) convient puisque quelques gouttes suffisent, et vous aurez du mal à faire mieux en matière de poids et de volume. Si vous le choisissez bien, ce produit peut également servir d’anti-moustique (lavande, citronnelle, ...). Testez-le avant de partir pour vous assurer que vous le supportez (allergies).
    • pharmacie : un peu d’aspirine, de paracétamol, du pansement "au kilomètre" (6cm de large, à couper avec un couteau de poche), savon sans eau (utile pour se laver les mains en pleine nature avant de nettoyer une plaie), du Cicatryl en mono-doses (antiseptique et cicatrisant, sain puisqu’en doses à usage unique, sous un petit volume), couverture de survie. En cas de "gros" bobo, vous aurez recourt à un médecin ou vous trouverez une pharmacie, cette trouse est là seulement pour les bricoles.
    • lessive : soit vous utilisez du savon ou gel de douche (vous savez, celui que vous avez trouvé à l’hôtel), ou vous emportez un peu de lessive expresse. Pas la peine de prendre un flacon neuf, ce serait un surpoids inutile, et au pire vous trouverez facilement à en racheter.

    Les matériaux synthétiques sont souvent moins confortables que le coton mais ont le gros avantage de sécher rapidement et d’être plus légers.
    Pensez également que vous ne partez pas dans le désert et qu’en cas de besoin vous trouverez toujours un magasin quelconque pour vous dépanner ou réapprovisionner. Donc pas la peine de partir avec des réserves pour 3 mois !

    sacs
    Pas de sac sur le dos des bicyclistes, leur position penchée deviendrait vite inconfortable voire même source de blessure aux poignets, coudes ou épaules (tendinites). Préférez un porte-bagage ou mieux une remorque (mais attention à ne pas la remplir juste parce que vous avez de la place...).
    Les monocyclistes peuvent facilement transporter un sac de 5 à 10kg (attention à compter le poids de la bouteille d’eau pleine). Nous avons utilisé des sacs de 25l, 6 à 7kg,
    Pensez qu’il peut pleuvoir et emballez vos affaires dans un grand sac poubelle dont vous torsadez et repliez le haut, plus un élastique pour tenir tout ça, avant de les mettre dans les sacs à dos. De même nous avions emballé tous les documents (pièces d’identité, chéquier, cartes de crédit ou routières, ...) et appareils sensibles (téléphones, appareil photo, ...) individuellement dans des sacs congélation type "zip lock" de 3l. Une feuille 21x29.7 y tient dépliée, l’ouverture est facile. Attention cependant, ces sacs sont fragiles et la glissière finit par s’arracher. Il faut alors les fermer en pressant manuellement, c’est un peu moins pratique mais ça marche encore.

    Le projet
    Sommaire
    Toulouse-Gardouch

Actus

Electro Bike 2018

Cette année, nous sommes une nouvelle fois conviés à participer à l’Electro (...)



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce



2005-2018 © Cycl’Hop - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.17