Quelques trucs pour une bonne sortie "longue durée"

Quelques recettes tirées de mon expérience pour qu’une sortie de "longue durée" se passe au mieux.

Article mis en ligne le 25 juillet 2007

par Patrice
logo imprimer

Une sortie de "longue durée" (supérieure à 1h/1h30) ne s’improvise pas complètement, et ce d’autant moins que vous serez loin de votre "base". Les quelques trucs suivants ne prétendent pas être "LA" règle à suivre, mais peuvent vous aider à trouver votre propre organisation afin que tout se passe au mieux.

Les trucs qui suivent sont issus de mon expérience sur route ou chemin goudronné (bord de canal, ...), type balade à bicyclette. A vous de les adapter à une pratique ou un terrain différents (tout terrain, ville, ...).

  • Prévoyez des "réchappes" si vous partez avec des enfants plus jeunes : l’effort est plus important en mono qu’en bicycle, et vous ne pourrez pas pousser le "fatigué" pour le ramener au bercail. Seule solution dans ce cas : revenir chercher les épuisés avec une voiture. Pour ma part, je pense qu’avant 12 ou 13 ans il n’est pas raisonnable de s’embarquer pour plus de 15 à 20km à mono.
  • Boisson
    • prévoyez au minimum 3/4 litre d’eau par personne et par heure. Soit à emporter dès le départ, soit à compléter en route.
    • Commencez à boire à partir de 15 à 20 minutes d’effort, et souvent (3 ou 4 gorgées toutes les 5 minutes). La déshydration s’installe rapidement, sans qu’on s’en rende compte, impossible à compenser pendant l’effort. N’hésitez pas à ajouter à l’eau un peu de sirop ou un produit de soutien de l’effort (sucres, sels minéreaux, ...), ç’est rapidement plus agréable à consommer que de l’eau nature et ça facilite son absorption.
    • Surtout pour les enfants, faites-leur comprendre que ça ne sert à rien de rentrer à la maison avec de l’eau dans le bidon. Ils ont tendance à ne pas boire et à s’écrouler d’un seul coup, épuisés par le manque d’eau.
    • N’hésitez pas à consommer quelques sodas lors de la pause picnic, vous consommerez de toute façon rapidement le sucre qu’ils contiennent
  • Alimentation
    • Il ne s’agit pas de faire une course type Marathon des UNICON, donc pas de recommandation particulière. Si un cassoulet au restaurant vous tente, allez-y. De toute façon le redémarrage après le repas sera difficile, en pleine digestion, et ce quoi que vous ayiez mangé :-)
    • Ayez sur vous des choses à grignoter (biscuits, barres de céréales, fruits secs, ...), et, comme pour la boisson, alimentez-vous régulièrement dès la première demi-heure d’effort. Dans ce domaine-là également la pénurie s’installe sournoisement, et vous pouvez vous retrouver "sans jambes" sans comprendre pourquoi...
  • Matériel
    • Une grande roue est préférable, parce que vous irez plus vite sans forcer plus et qu’elle sera plus stable qu’une plus petite. Elle est en contrepartie plus difficile à emporter dans ses bagages. J’aime bien le 36" pour ça, mais un 29" ferait très certainement l’affaire (ou un 24" Schlumpf)
    • Essayez de tous avoir la même taille de roue : certains iront sûrement plus vite que d’autres, mais globalement la vitesse sera la même pour tout le monde. Tandis qu’un mélange 24"/36" va aboutir à un groupe très éclaté, les uns trouvant que ça va trop vite, les autres trop lentement.
    • Pensez à régler votre selle assez haute, pour utiliser toute la puissance de la jambe. Il vous sera peut-être un peu plus difficile de monter sur votre mono mais tant pis : l’objectif n’est pas de monter sur le mono toutes les 30 secondes, mais de s’y installer et d’y rester un bon moment.
    • N’oubliez pas une pompe, des rustines et des démonte-pneus (pas facile de déjanter un 36" à la main), et quelques outils courants (clef de 10, clef Allen pour le serrage de selle, ...). Pour ma part, j’aime bien le mini-kit de QU-AX, de la taille d’un petit téléphone portable : compact, pas trop lourd, comprenant même une clef pour les pédales. Seule lui manque la clef pour les manivelles.
    • Un casque et des gants de vélo, voire même des genouillères, ne sont pas du luxe, une chute arrive très vite et toujours sans prévenir. Au bout de quelques temps sur votre mono, vos jambles auront du mal à vous maintenir debout, et encore moins lors d’une chute. Du coup les mains vont aller au sol, et c’est toujours mieux de "bouffer" les gants que la peau. Mais c’est une question de goût... A titre d’exemple, lors d’une petite sortie quelques jours plus tôt, je n’ai pas vu une branche. Fort heureusement, j’avais mis le casque. Bilan : chute spectaculaire en arrière (sans dommage), casque enfoncé (pourtant une coque en carbone), et belles écorchures sur le front.
    • un cuissard de vélo porté à même la peau sous le short est un plus pour votre confort !
    • évitez le pantalon, préférez le collant ou le short pour éviter les frottements du tissus sur les genoux. Ca peut devenir insupportable, voire même aller jusqu’au saignement. De plus vous éviterez ainsi les coutures entre vous et la selle, toujours inconfortables...
    • un sac à dos étroit pour libérer les coudes : contrairement aux bicyclistes, nous sommes droits et nos coudes sont souvent près des flancs. Un sac normal va déborder un peu sur les côtés, et des coups répétés des bras dans celui-ci deviennent vite pénibles. Si votre sac contient une vache à eau, c’est encore mieux, ça vous évite de vous arrêter pour boire.

Dans la même rubrique

0 | 5

Canal de Nantes à Brest X2
le 10 septembre 2018
par Jack
RPM 2018 : on redémarre !
le 23 mai 2018
par Patrice
Mont Ventoux
le 23 mars 2018
par Patrice
Muni à Roubion
le 9 novembre 2013
par Marine
Col de la Bonette
le 28 septembre 2012
par Patrice


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce



2005-2018 © Cycl’Hop - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.17