MUni Tanneron - Mandelieu le 24 mars 2008
Article mis en ligne le 30 mars 2008

par Patrice
logo imprimer

Olivier avait lancé l’idée de faire une petite sortie MUni (Mountain UNIcycle), plutôt facile, histoire de reprendre les bonnes habitudes en douceur et d’inciter des monocyclistes n’ayant pas encore essayé ce type de pratique à s’y risquer. Au programme, descente (enfin pas tout le temps, il a fallu remonter près de 150m de dénivellé) de Tanneron à Mandelieu au milieu des mimosas qui finissent de perdre leurs fleurs.
Sept ou huit monocyclistes et quelques bicyclistes s’étaient déclarés intéressés, mais à coup de blessures, devoirs à la maison pour les scolaires, flemme, ... , nous n’étions plus que deux au départ. Tant pis, on s’amusera sans les autres, ils ne savent pas ce qu’ils perdent.

Cette sortie nous a contraint à organiser une navette en voiture pour éviter de remonter en pédalant à Tanneron.

Donc parking d’une des voitures environ 500m après la sortie de Mandelieu, un parking le long de la nationale 7 en direction de Fréjus semblait n’attendre que nous. Puis montée à Tanneron avec un deuxième véhicule, et nous avons finalement entamé la descente vers 14h30. Malgré quelques hésitations sur certaines portions de l’itinéraire, nous sommes arrivés vers 16h30 en bas, avant de remonter chercher la voiture utilisée pour nous rendre au départ. Une seule rencontre pendant cette balade, un couple de l’Isère avec lequel nous avons passé un quart d’heure très sympathique à discuter des mérites comparés des mono- et bi-cycles. Ca nous a agréablement changé des "t’as perdu une roue" ou "t’avais pas les moyens d’acheter le reste ?" habituels. Olivier s’est fendu d’une démonstration de descente de talus plutôt raide...

pour finir le nez dans la poussière. A sa décharge, le passage du talus au chemin était très brusque et sa roue a mal négocié l’angle. Plus de peur que de mal, mais spectaculaire. Merci à Bernard B. pour la photo ci-dessus qu’il nous a très aimablement envoyée.

Peu après cette rencontre (avec nos Isérois ou le sol, c’est selon), nous avons quitté la piste principale (piste des Margoutons)


pour nous engager sur des chemins peu entretenus mais plus pentus et caillouteux.


La descente s’est terminée au milieu des mimosas et chênes brûlés de part et d’autre de l’autoroute lors de l’incendie de juillet 2007. Le spectacle est toujours aussi désolant : les branches brûlées cassaient comme du verre, avec un bruit sec, nos roues (ou pieds selon le moment) soulevaient de la cendre qui a résisté à toutes les pluies tombées depuis l’été dernier et nous avons terminés un peu "repeints" au charbon à force de nous frotter contre les restes calcinés. Seules des herbes ont commencé à repousser au sol, mais pas de végétation plus haute.

Au final, deux heures de MUni pour 12 ou 13 km, une rencontre comme on aimerait en faire plus souvent, et quelques jolies vues sur la baie de Cannes-Mandelieu. Vivement la prochaine sortie...

Dans la même rubrique

0 | 5

Canal de Nantes à Brest X2
le 10 septembre 2018
par Jack
RPM 2018 : on redémarre !
le 23 mai 2018
par Patrice
Mont Ventoux
le 23 mars 2018
par Patrice
Muni à Roubion
le 9 novembre 2013
par Marine
Col de la Bonette
le 28 septembre 2012
par Patrice


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce



2005-2018 © Cycl’Hop - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.17